Pourquoi sommes nous abolitionnistes ?

«La position en faveur des droits des animaux soutient que tous les êtres sensibles, humains ou non humains, ont un droit: le droit fondamental de ne pas être traités comme des marchandises.

La reconnaissance de ce droit fondamental signifie que nous devons abolir, et non pas seulement réglementer, l’exploitation animale institutionnalisée — parce que se contenter de réglementer renforcerait l’idée que les animaux sont la propriété des humains.

Tout comme nous rejetons le racisme, le sexisme, la discrimination selon l’âge et l’homophobie, nous rejetons le spécisme. L’espèce à laquelle appartient un être sensible n’est pas une raison de lui refuser la protection offerte par ce droit fondamental, pas plus que la race, le sexe, l’âge ou l’orientation sexuelle ne sont des raisons d’exclure des humains de la communauté morale.»

– Gary L. Francione

Il n'y a pas de troisième choix

Il n’y a pas de troisième choix

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s