Il n’y a pas de troisième choix

 

« A partir du moment où vous acceptez l’idée welfariste qu’il est moralement acceptable de ne pas être végane parce que vous faites un « parcours », vous acceptez le spécisme.

Nous ne parlerions jamais de « parcours » et de « petits pas » quand des droits fondamentaux humains sont concernés. Nous ne dirions jamais, par exemple, que si quelqu’un est raciste, nous devons encourager cette personne à accomplir des « petits pas » et à juste être un raciste plus « gentil » parce que cette personne suit un « parcours ». Quand il est question du respect des droits fondamentaux humains, nous sommes clairs. Quand il est question de la victimisation des animaux nonhumains, cela devient une affaire de « parcours », de « petits pas », et de relativisme moral.

Et cela, c’est profondément spéciste. »

– Gary L. Francione, extrait de « There is no Third Choice« .

35550000_1941844579168620_8248113439289901056_n

« Soit vous êtes végane, soit vous participez directement à l’exploitation animal. Il n’y a pas de troisième choix »

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s