Un bref commentaire sur l' »euthanasie » des animaux d’élevage à la suite du Covid-19

(Traduction de « A Brief Comment on the « Euthanasia » of Farm Animals a s a Result of Covid-19 » de Gary L. Francione)

1*tX7OHmcEvjR9Pzgba-NFqg

Depuis plusieurs semaines, les médias nous répètent que, suite à la fermeture d’usines de transformation de viande parce qu’un grand nombre d’employés ont contracté le Covid-19, et suite aux perturbations de la chaîne d’approvisionnement en viande, en lait et en œufs causées par le virus, plusieurs millions d’animaux d’élevage doivent être « euthanasiés ». Les éleveurs et les dirigeants de l’industrie sont les invités quotidiens des émissions d’information et disent à quel point ils ont le cœur brisé par le fait qu’ils doivent « euthanasier » ces animaux. Les présentateurs qui font ces interviews traitent souvent leurs invités avec un niveau de sympathie similaire à celui qu’ils montrent aux personnes qui ont perdu des membres de leur famille à cause du virus. J’ai vu un reportage où un présentateur a interviewé une femme qui venait de perdre sa mère à cause de Covid-19 et a ensuite parlé à un éleveur de cochons qui se plaignait de devoir « dépeupler » sa ferme en « euthanasiant » ses cochons. Le présentateur a traité les deux cas comme s’il s’agissait d’une tragédie personnelle du même genre.

Le fait que nous déplorions la mise à mort de ces animaux montre à quel point nous sommes profondément attachés à notre pensée horriblement confuse concernant les animaux.

Tout d’abord, abordons l’utilisation du terme « euthanasie » pour décrire ce qui se passe ici. L’euthanasie est un acte effectué dans l’intérêt de l’être qui est tué. Si quelqu’un devait dire : « J’ai décidé d’euthanasier mon chien parce qu’il avait un cancer, qu’il souffrait beaucoup et qu’il avait cessé de manger ou d’avoir un comportement compatible avec sa qualité de vie », je considérerais cela comme une utilisation correcte du terme « euthanasie ». Si quelqu’un disait : « J’ai décidé d’euthanasier mon chien parce que je ne voulais plus vivre avec un chien, même si mon chien était en bonne santé, heureux et avait une grande qualité de vie », je considérerais cela comme un usage impropre du terme « euthanasier ». Le mot approprié dans le deuxième exemple est « tuer« . La mort n’était pas dans l’intérêt du chien dans le second exemple. La mort n’est jamais dans l’intérêt d’un être sentient sain – humain ou nonhumain.

La mort de ces animaux d’élevage n’est pas due à l’euthanasie ; c’est le résultat de leur mise à mort ; c’est le résultat de leur abattage.

1*gY6_xjwsLOPV4NIKeGpS0Q

“Vous voyez, que nous soyons « euthanasiés » ou abattus, nous sommes tués.” (photo: Annie Spratt/Unspalsh)

« L’euthanasie » est utilisée dans le contexte d’animaux tués dans le sillage du virus Covid-19 précisément parce qu’elle évoque le type de réactions émotionnelles que nous éprouvons lorsque nous pensons à mettre fin à l’existence d’un membre nonhumain bien-aimé de notre famille. Cela encourage l’idée que nous nous soucions moralement et émotionnellement des animaux d’élevage qui sont tués. Bien que je ne défende pas l’institution des animaux de compagnie en tant que propriétés, il est clair que le contexte dans lequel nous décidons d’euthanasier un membre nonhumain de la famille lorsque l’animal est malade et n’a plus de qualité de vie est complètement différent du contexte dans lequel nous tuons des animaux d’élevage parce que les travailleurs sont malades et ne se présentent pas au travail ou parce que la demande de viande diminue en raison de la pandémie.

De plus, l' »euthanasie », lorsqu’elle est utilisée correctement, implique une méthode de mort aussi indolore que possible, et sans détresse ni peur. Je peux vous assurer que les animaux d’élevage tués à cause du virus souffrent d’une douleur, d’une peur et d’une détresse considérables – tout comme ils le font lors de la procédure d’abattage conventionnelle.

Deuxièmement, pourquoi se plaindre de la mort d’animaux de ferme qui allaient être tués et mangés de toute façon ? Ce n’est pas comme si ces animaux allaient avoir une vie agréable s’ils n’étaient pas « euthanasiés ». Ils allaient être tués ; en effet, si le virus n’avait pas perturbé les choses, la plupart de ces animaux auraient déjà été abattus. La raison pour laquelle ils sont « euthanasiés » est que les travailleurs ne sont pas là pour les tuer et que la demande est telle que leurs corps charcutés ne seront pas vendus pour le moment et que personne ne veut gaspiller plus d’argent pour ces animaux parce qu’il y en a déjà d’autres qui arrivent par la chaîne d’approvisionnement.

Ces animaux n’ont pas de valeur inhérente ou intrinsèque. Ce sont des biens de propriété ; ce sont des choses qui n’ont qu’une valeur extrinsèque, externe et économique. Ils existent pour être utilisés par les humains exclusivement comme des ressources remplaçables. Ils existent pour faire partie d’un usage institutionnel où les producteurs et les consommateurs s’engagent à les vendre et à les acheter, ainsi que les parties de leur corps et leurs produits. La seule différence entre un cochon « euthanasié » et un cochon abattu, découpé et vendu au supermarché est qu’aucun humain n’a bénéficié de la mort de l’animal dans le premier cas. Personne n’a fait de profit ; personne n’a eu à manger l’animal. Ce bien de propriété a été gaspillé. Il se peut que cela nous fasse pitié. Il est absurde pour nous de déplorer la mort de ces animaux comme s’il s’agissait d’une tragédie pour eux. Ils allaient être tués quoi qu’il arrive. Nous les « euthanasions » parce que c’est dans notre intérêt économique de le faire.

Le fait que nous déplorions la mort de ces animaux et que nous utilisions le terme « euthanasie » pour décrire ce qui n’est rien d’autre qu’une simple mise à mort est un autre exemple de la confusion qui règne dans notre façon d’utiliser les animaux non humains. Nous prétendons considérer les animaux comme ayant une valeur morale. La plupart d’entre nous pensent qu’il est mal d’infliger des souffrances « inutiles » aux animaux. Mais il n’est pas nécessaire de manger des animaux pour des raisons de santé ; en effet, il existe un consensus croissant sur le fait que les produits d’origine animale sont préjudiciables à la santé humaine. Nous mangeons des animaux parce que nous en aimons le goût ou parce que c’est pratique ou parce que nous le faisons depuis longtemps et que c’est une habitude. Aucune de ces raisons ne rend nécessaire la pratique de manger des animaux et des produits d’origine animale. Tout le mal que nous infligeons à ces animaux est gratuit. Et cela signifie que, malgré notre affirmation selon laquelle nous prenons les animaux au sérieux sur le plan moral, ce n’est pas le cas.

Nous essayons donc de nous réconforter en déplorant la mort de ces animaux et en parlant de leur « euthanasie ». Comme beaucoup de fantasmes, cela peut nous faire sentir mieux, mais ce n’est rien d’autre qu’une tentative de faire croire que nous nous soucions des animaux alors que, si c’était le cas, en premier lieu nous ne les utiliserions pas pour l’alimentation (ou pour l’habillement, le divertissement, etc.).

~ Gary L. Francione

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s