Ce que VOUS pouvez faire !

Vous avez regardé les présentations et vous avez lu tout le matériel offert sur ce site. Vous aimeriez savoir ce que vous pouvez faire pour aider à atteindre l’objectif qu’est l’abolition de l’exploitation animale.

La réponse est simple.

La chose la plus importante que vous puissiez faire est de devenir véganes.

  • Le véganisme n’est pas qu’une question de diète ou de style de vie. Le véganisme est l’expression de votre engagement personnel envers l’approche abolitionniste.
  • Le véganisme signifie que nous ne mangez aucun produit animal – pas de viande, poisson, poulet ou autre oiseau, produits laitiers, oeufs ou miel. Cela signifie que nous ne portez pas de fourrure, de cuir, de laine ou de soie et que nous n’utilisez pas de produits contenant des ingrédients d’origine animale ou ayant été testés sur des animaux.
  • Toute personne qui devient végane engendre une diminution de la demande de produits animaux.
  • Le véganisme est à la portée de chacun d’entre nous, maintenant. Pas de campagne, ni de loi ou de poursuite n’est nécessaire. Vous n’avez qu’à le faire. Cela est complètement sous votre contrôle.
  • Et c’est facile. Il suffit simplement de prendre les animaux nonhumains véritablement au sérieux plutôt que de simplement prétendre le faire. Il suffit de reconnaître que le plaisir, que l’on peut éprouver en mangeant un steak ou un cornet de crème glacée, ou encore en portant un manteau de cuir, ne peut pas justifier que l’on inflige de la douleur, de la souffrance ou la mort à des animaux.
  • Renoncer à la viande ne suffit pas. Il n’y a aucune distinction morale qui puisse être faite entre la viande d’un côté et les produits laitiers, les oeufs et les autres produits d’origine animale de l’autre. Les animaux utilisés pour la production de produits laitiers et d’oeufs sont traités de manière horrible et se retrouvent en bout de ligne dans les mêmes abattoirs que les animaux élevés pour la viande.
  • Il y a sans doute plus de souffrance dans un verre de lait que dans un steak.
  • Les produits d’origine animale dont l’étiquette affiche qu’ils proviennent de « poules élevées en liberté » ou « d’animaux élevés humainement » ne sont pas la solution. Ces étiquettes peuvent vous aider à vous sentir moins coupables, mais elles ne sont d’aucune aide pour les animaux que vous exploitez.
  • Tout comme vous ne pouviez, de manière cohérente, vous dire abolitionniste par rapport à l’esclavage humain tout en possédant des esclaves, vous ne pouvez, de manière cohérente, vous dire abolitionniste par rapport à l’esclavage nonhumain et continuer à manger, porter ou utiliser d’autres façons la chair ou les produits dérivés des animaux nonhumains.

Et après être devenus véganes, commencez à éduquer tout ceux que vous connaissez à propos du véganisme et expliquez-leur les idées qui vous ont motivés.

  • Vous n’avez pas besoin d’argent ou d’une grosse organisation de défense des animaux ou de quoique ce soit d’autre – vous n’avez qu’à vous décider – pour aider à obtenir l’abolition.

Et si vous le pouvez, adoptez un animal nonhumain et offrez-lui un foyer affectueux.

Gary L. Francione
© 2007 Gary L. Francione

Article original sur le site de l’Approche Abolitionniste